Université Laval : le STEP revendique un salaire minimum à 15$ de l'heure

QUÉBEC, le 12 juin 2017  - Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs étudiants et postdoctoraux de l'Université Laval (UL) et l'Alliance de la Fonction publique du Canada, région du Québec (AFPC-Québec), revendiquent un salaire minimum à 15$ de l'heure pour l'ensemble des auxiliaires administratifs, d'enseignement et de recherche.

« C'est la proposition que nous avons fait le 12 juin 2017  à l'UL.  Nous sommes déterminés à l'obtenir car nos membres méritent un salaire décent, » indique Marion Duval, présidente du STEP.

Au cours de la dernière année, l'AFPC a négocié des conventions collectives qui prévoient des augmentations salariales qui atteindront au moins 15$ de l'heure pour les personnes salariées étudiantes. Les membres de l'AFPC qui travaillent à l'École nationale d'administration publique (ÉNAP) et à l'Université de Montréal (UdeM) touchent déjà un minimum de 15$.  Ce minimum sera applicable dès 2019 à l'Université du Québec à Rimouski et l'Université du Québec à Trois-Rivières.

« Le salaire minimum à 15$ n'a pas causé de chaos à l'UdeM ou à l'ÉNAP. C'est la preuve qu'un salaire décent pour toutes et tous est possible. Nous nous attendons à la même ouverture à l'UL,» précise Magali Picard, Vice-présidente exécutive régionale de l'AFPC-Québec.

Profil du STEP

Le STEP est une section locale de l'AFPC. Il représente annuellement plus de 5000 auxiliaires administratifs, d'enseignement, de recherche, de stagiaires postdoctoraux et d'autres groupes de travailleuses et travailleurs étudiant à l'Université Laval.

Profil de l'AFPC-Québec

L'AFPC représente plus de 180 000 membres au Canada. Au Québec, affiliée à la FTQ, l'AFPC‑Québec regroupe plus de 40 000 membres dans le secteur public fédéral, dont 25 000 dans les universités québécoises.

 

Renseignements : Marilou McNicoll, VP aux communications du STEP, 418-812-6404

 

Provinces: