L'AFPC-Québec réclame des changements au programme fédéral de Supplément de revenu garanti

Montréal, le 6 novembre 2011 - L’AFPC-Québec profite de sa semaine québécoise de la fonction publique fédérale pour réclamer des changements au programme fédéral de Supplément de revenu garanti (SRG).

«Il est inconcevable qu’en 2011, des retraité-e-s possédant peu de ressources, soit  contraint de courir après des montants d’argent auxquels ils ont droit. Quelle pratique rétrograde» souligne Jérôme Turcq, vice-président exécutif régional  (VPER) de l’AFPC au Québec. «Nous voulons que le gouvernement conservateur du Canada agisse en citoyen responsable et bonifie le SRG dès maintenant. Nous voulons en finir avec la pauvreté chez les aînés» affirme Magali Picard, VPER suppléante de l’AFPC au Québec.

L’AFPC-Québec rappelle que les prestations ne sont pas assez élevées présentement, que les aînés doivent faire eux-mêmes la demande pour s’inscrire et que lorsque l’inscription est activée une rétroactivité de seulement un an est possible.  Pour que la pauvreté cesse chez les aînés, l’AFPC-Québec réclame trois (3) changements au programme de SRG, soit:

  • Bonifier de 15% les prestations

  • Rendre l’inscription automatique

  • Payer la pleine rétroactivité aux aînés lésés par l’application du programme actuel

L’AFPC représente plus de 178 000 membres à travers le Canada.  Affiliée à la FTQ, l’AFPC-Québec regroupe plus de 40 000 membres dans le secteur public fédéral, dans les universités québécoises ainsi que dans le secteur privé.

Pour informations : Patrick Leblanc, attaché politique, AFPC-Québec, 514-706-5997, leblanp@psac.com