Taille du texte: AAA

Syndicalisation

Pourquoi faire partie d’un syndicat?

Beaucoup de personnes non syndiquées font preuve de courage en tentant, de manière isolée, de se faire respecter par leur employeur. Mais il est très difficile, voire périlleux, d’agir seul! Les travailleuses et les travailleurs ont avantage à se regrouper pour améliorer leurs conditions de travail. Le meilleur moyen de le faire est d’adhérer à un syndicat afin de négocier une convention collective avec l’employeur. Un syndicat, c’est l’instrument que les travailleuses et les travailleurs se donnent pour défendre leurs intérêts avec plus de force et améliorer leurs conditions de travail.

Notre système économique est parfois impitoyable. Les entreprises doivent s’adapter à la concurrence et se préoccupent d’abord de leurs intérêts. Si la situation le prescrit, un employeur s’empressera de rationaliser (couper des postes), avant de penser à ses employés. Normal, dira-t-on. Ainsi, il va de soi que les travailleuses et les travailleurs mettent tout en œuvre pour défendre leurs intérêts.

Le droit de se syndiquer est protégé par le Code du travail, qui interdit à un employeur ou aux personnes qui le représentent de chercher « à dominer, entraver ou financer la formation ou les activités » d’un syndicat (art. 12). Il est aussi interdit à un employeur d’utiliser la menace ou l’intimidation pour vous empêcher d’être membre d’un syndicat ou pour vous obliger à vous abstenir ou à cesser d’exercer des activités syndicales (art. 13).

Les codes du travail précisent, au fédéral et au provincial, la procédure à suivre pour se syndiquer et négocier une convention collective. Ces codes sont fondés sur un principe fondamental : la liberté d’association.

 

 

12 août 2013 - 10h36 •
Montréal, le 5 août 2013 - Au cours des derniers jours, l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) a été accréditée pour représenter trois groupes de travailleuses et de travailleurs qui évoluent dans le domaine de la recherche. Plus précisément, l'AFPC région du Québec, est fière d'accueillir les 350 employés de recherche du Centre de recherche du Centre Hospitalier Universitaire de Ste-Justine, la centaine d'assistants de recherche de l’École nationale d’administration publique ainsi que les 300 stagiaires post doctoraux de l’Université Laval.
19 février 2013 - 8h00 •
Montréal, le 19 février 2013 - L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) est fière d’accueillir les 300 chargées et chargés de cours de l’École Polytechnique de Montréal.La Commission des relations du travail (CRT) a délivré l’accréditation à l’APFC après avoir vérifié son caractère représentatif.  L’AFPC avait déposé au préalable une demande d’accréditation pour les chargées et chargés de cours  de l’École Polytechnique de Montréal, le 14 décembre 2012.
13 avril 2012 - 8h18 •
 Montréal, 13 avril 2012 – L’Alliance de la Fonction publique du Canada, région du Québec (AFPC-Québec), a déposé une demande d’accréditation à la Commission des relations de travail du Québec (CRT), visant les 1 700 employées et employés de soutien de l’Université McGill. 
9 février 2012 - 14h31 •
Dimanche dernier, Mathieu Dumont, agent de syndicalisation à l'AFPC, a été invité à l'émission Blogue génératrice de la radio de Radio-Canada.  Le sujet de cette émission était: est-ce que les syndicats s'occupent des jeunes?À l'AFPC, nous pouvons dire fièrement que nous nous occupons des jeunes travailleuses et des jeunes travailleurs.  Depuis le début des années 2000, nous avons entre autre organisé plus de 25 000 étudiant-e-s employé-e-s dans les universités québécoises.
30 novembre 2011 - 19h42 •
Montréal, le 30 novembre 2011 - La Commission des relations du travail du Québec, a condamné pour une deuxième fois en quelques mois l’Institut Lady Davis de recherches médicales (ILD) de l’Hôpital général juif pour pratiques déloyales.  Ces pratiques visent exclusivement à discréditer les travailleuses et les travailleurs ainsi que l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), l’organisation syndicale qui tente de syndiquer le groupe de 500 travaille
S'abonner à