Coupures fédérales : Ceux qui refont l’histoire seront responsables de la préserver

 

Montréal, 22 juin 2012  – L’Alliance de la Fonction publique du Canada, région du Québec (AFPC-Québec) s’élève contre le retrait de la collection archéologique et ethnologique de Québec, une ville reconnue comme faisant partie du patrimoine mondial de l’UNESCO et comme le berceau de la civilisation française en Amérique du Nord. 

« À la veille de la Fête nationale, il est important de se rappeler que le gouvernement conservateur du Canada dépouillera la région de Québec de ses artefacts, et ce au nom de l’austérité budgétaire.  Parallèlement, ce même gouvernement dépense des millions pour mousser la bataille de 1812 et pour la Royauté, » souligne indignée, Magali Picard, Vice-présidente exécutive régionale de l’AFPC-Québec.

En effet, suite aux coupures du gouvernement conservateur du Canada,  le Centre de service de Québec qui s’occupe des trouvailles archéologiques et de la conservation des artefacts fermera ses portes.  Ainsi, 55 000 objets ethno-culturels ainsi que plusieurs milliers d’artefacts – le fruit des fouilles historiques de la Nouvelle-France – seront délocalisés vers l’Outaouais pour être vraisemblablement entreposés dans des boîtes.  Devant ce fait, plusieurs questions se posent : Y resteront-ils?  Seront-ils restaurés?  En assurera-t-on la pérennité?

Nous rappelons que pour voir les artefacts de Québec, il faudra parcourir 400 kilomètres pour se rendre dans la région d’Ottawa.  L’AFPC-Québec est d’avis que les témoins de l’histoire française en Amérique doivent rester dans la ville de Québec. 

Malgré des compressions importantes dans les services publics, le gouvernement conservateur du Canada, prévoit dépenser selon la facture officielle, 28 millions de dollars pour célébrer en grand le 200e anniversaire de la guerre de 1812. Or, selon les historiens de toutes tendances, le gouvernement conservateur exagère l’importance de cette guerre obscure.  De plus, ce même gouvernement dépense sans compter pour « remonarchiser » le Canada.

L’AFPC-Québec réclame le maintien des services publics tel que nous les connaissons, pour le bien-être collectif de l’ensemble de la population. Les fermetures et les déménagements de point de service ainsi que les mesures d’attritions des emplois dans les services publics ne sont pas des voies à emprunter pour équilibrer les finances publiques. L’AFPC-Québec propose d’augmenter les revenus étatiques, en révisant à la hausse la fiscalité des grandes entreprises qui bénéficient de réductions d’impôt depuis plusieurs années.

L’AFPC représente plus de 178 000 membres au Canada.  Affiliée à la FTQ, l’AFPC-Québec regroupe plus de 40 000 membres dans le secteur public fédéral,  dans les universités québécoises ainsi que dans le secteur privé.

 

Pour informations : Patrick Leblanc, attaché politique, AFPC-Québec, 514-706-5997, leblanp@psac-afpc.com