Nouvelles compressions fatales pour la Biosphère – Musée de l’environnement

Montréal, 29 mai 2013 – C’est aujourd’hui qu’a été rendu publique une lettre ouverte signée par plusieurs représentants de nombreux organismes du domaine de l’environnement, de la muséologie et de la communication scientifique lors d’une conférence de presse organisée par l’Alliance de la Fonction publique du Canada, région du Québec (AFPC-Québec).

« Nous sommes devant le résultat d’une décision idéologique du gouvernement Harper.  La fermeture de la Biosphère s’inscrit dans cette mouvance anti environnement qui est une caractéristique dominante du gouvernement conservateur, » indique Richard Landry, Président du Conseil régional de Montréal de l’AFPC-Québec.

On y a dénoncé les ultimes compressions à la Biosphère, qui abrite le seul musée dédié à l’environnement en Amérique du Nord. Déjà affaibli par d’autres coupures en juillet 2012, le musée ne survivra pas à cette nouvelle mesure conservatrice. Quelques étudiants accueillent encore des visiteurs cet été mais ni les groupes ni les classes n’auront désormais accès à la Biosphère à la rentrée.

En lieu et place du musée, reniant l’entente avec la Ville de Montréal signée en 1992, Environnement Canada y installe des bureaux du Service météorologique. L’équipe de muséologues, éducateurs, animateurs, concepteurs et techniciens constituant l’expertise renommée de la Biosphère en matière d’éducation à l’environnement et au développement durable est décimée. Le ministère prétend préserver un certain accès au public, sans personnel muséal.

« La Biosphère, icône dans le paysage montréalais. Elle évoque l’exposition universelle de 67, un chef d’oeuvre exceptionnel d’architecture de Buckminster Fuller ainsi qu’un musée dédié à l’environnement. Cette fermeture est véritable coup bas du gouvernement Harper, que la ville de Montréal ne devrait pas laisser faire par apathie, » souligne Hervé Fisher, Président de Science pour tous.

La Ville de Montréal n’a pas réagit officiellement malgré certaines représentations des partis d’opposition. À la veille du 50e de l’Expo 67 et du 375e  de Montréal, plusieurs s’inquiètent du sort de cette institution phare, comme en font foi les dépliants et publicités pour la promotion de Montréal, les génériques d’émissions, œuvres d’art, photos, etc.

En sabrant dans les institutions muséales et patrimoniales, on perd une expertise irremplaçable pour les jeunes et leurs familles, sans que les contribuables n’aient été consultés. L’AFPC-Québec rappelle que l’ensemble des compressions fédérales met en danger la santé et la sécurité de la population en plus de fragiliser l’économie.

Cette décision du gouvernement Harper a touché une cinquantaine d’emplois, dont 23 membres de l’AFPC. La Biosphère accueillait chaque année près de 135 000 visiteurs, dont environ 35 000 provenaient du milieu scolaire. Pierre Wilson, président de la Société des directeurs des musées montréalais ajoute : «Nous dénonçons donc avec vigueur cette mise à mort brutale d’une institution prestigieuse.  Nous  dénonçons les pertes d’emplois et le gaspillage de compétences. »

L’AFPC représente plus de 178 000 au Canada. Au Québec, affiliée à la FTQ, l’AFPC-Québec regroupe plus de 40 000 membres dans le secteur public fédéral, les universités québécoises ainsi que dans le secteur privé.

Pour informations : Patrick Leblanc, attaché politique, 514-706-5997

Pour lire la lettre ouverte