Université McGill : le personnel de soutien vote pour la grève et demande votre soutien

Lors de l’assemblée générale du 6 avril, le personnel de soutien de l’Université McGill a voté majoritairement pour accroître les moyens de pression sur l’employeur en se dotant d’un mandat de grève.

« L’employeur n’est pas sérieux dans son offre et nous manque totalement de respect, déclare Thomas Chalmers, président de l’Association du personnel non enseignant de l’Université McGill (MUNACA-AFPC). Il est temps que l’administration de l’Université se rende compte que son statut d’un des meilleurs employeurs de Montréal ne correspond pas à la réalité pour plusieurs de nos membres. »

Le syndicat, qui représente environ 2 000 membres du personnel de soutien, négocie une nouvelle convention collective depuis près de deux ans. Les principaux points en litige concernent les salaires. Non seulement l’Université offre des augmentations économiques bien inférieures au coût de la vie, mais elle insiste également pour réduire les taux de rémunération les plus élevés de nombreuses personnes salariées. En outre, nous demandons l’égalité de traitement pour tous nos membres, y compris nos nouveaux collègues, ainsi que la rétroactivité.

« À cette étape-ci, nous n’avons d’autre choix que d’intensifier les moyens de pression, affirme avec vivacité Jennifer Garvey, conseillère syndicale de l’AFPC-Québec. Pour en arriver à des gains notables, la mobilisation de tous les membres sera cruciale. » 

On se rappellera que le 28 mars, MUNACA-AFPC avait demandé le soutien de tous par la signature d’une lettre d’appui destinée à la principale et vice-chancelière de l’Université McGill. 

Si vous n’avez toujours pas signé la lettre d’appui, n’hésitez pas à le faire maintenant :